Sur la route des #migrants – On the way of #migrants

 

Et si j'étais le papa de cet enfant, que ferais-je ?
Et si j’étais le papa de cet enfant, que ferais-je ? And if I was the father of this child, what would I do ?

Mardi 26 avril 2016, je serai à #Lesbos en Grèce. Cela fait des mois que j’en parle depuis l’Inde. La situation dramatique de millions de Syriens et l’attitude des gouvernements européens et des peuples ne sont pas acceptables.

Des millions d’enfants, de femmes et d’hommes sont sur les routes, en mer, mourant souvent avant même de toucher le sol européen. Et nous ne faisons rien ou presque rien. Si la France en a reçu quelques milliers depuis début 2015, ils sont des millions qui ne pourront pas retourner avant des années dans leur pays. Nous nous en remettons à la #Turquie en lui donnant 6 milliards d’euros : pourquoi ne pas avoir utilisé cette somme pour mettre en place un plan d’accueil correctement étudié ? Que «nous ne puissions pas porter tous les malheurs de l’humanité», certainement ! Mais nous avons le devoir d’en porter notre part, surtout nous, les peuples privilégiés.

A 69 ans, je n’ai jamais vu un tel drame, c’est la plus grave catastrophe depuis la deuxième guerre mondiale. L’Europe et ses peuples commettent la plus grave erreur de leur histoire depuis la fin de la guerre mondiale, car ne rien faire ou si peu, comme c’est le cas actuellement, c’est laisser aux générations à venir un drame qu’elles paieront d’une façon ou d’une autre. Il m’est impossible de ne rien essayer, je ne mourrais pas en paix.

A #Lesbos, en contact avec certaines organisations, je vais essayer de localiser des personnes, des familles, prêtes et volontaires pour la France ; nous les prendrons en charge depuis #Lesbos pour les recevoir dans deux structures en France qui sont en train de s’y préparer. Nous restons dans la devise de HELP INDIA « IMPOSSIBLE AS POSSIBLE», nous avons pu tenter l’impossible en Inde pour le VIH/SIDA et nous ne pourrions rien faire à nos portes, chez nous ? Impensable ! Alors nous allons essayer.

Je me rendrai également en #Turquie et j’accomplirai, par mer, le trajet que ces milliers de personnes ont fait. Tous les deux jours, je rendrai compte de cette expérience sur ce blog.  inscrivez-vous  pour avoir régulièrement des nouvelles, vous pourrez par ailleurs suivre mon compte Twitter @MageAmage ou ma page informative Facebook https://www.facebook.com/mage.andre.

Je ressens trop, au plus profond de moi-même, la gravité de la situation pour ne rien essayer d’entreprendre. Toutes les bonnes volontés peuvent nous rejoindre, nous rechercherons d’autres lieux d’hébergements. Le Pape a osé montrer le chemin à suivre, le chemin que tous les pays et les peuples d’Europe devraient suivre : unissons-nous pour créer une situation humaine et acceptable, ne soyons pas coresponsables de ce drame, ouvrons nos portes et nos cœurs afin de ne pas laisser à nos enfants la pire image de nous-mêmes.

André Mâge, le 22 avril 2016

Et si j'étais parmi eux, que ferais-je ?
Et si j’étais parmi eux, que ferais-je ? And if I was among them, what would I do ?

#ON THE WAY OF MIGRANTS

On Tuesday 26.04.2016,  I shall be in #Lesbos, Greece. I am speaking of this travel since many months from India. The dramatic situation of millions of Syrians and the attitude of the European governments, of the people, are not acceptable.

Millions of children, women, men, are on the ways, on sea, often dead before touching European ground. We make nothing, nearly nothing. France received some thousands since the beginning of 2015, but they are millions who will not be able to come back home before years. We are giving these people to #Turkish in exchange of 6 milliards Euros, why not using this amount to study and organize a correct reception plan? OK we « we cannot wear all the tragedies of humanity », we cannot but it is our duty to take our part, especially us, the privileged people.

With 69, I have never seen such a drama; it is the worst disaster since the Second World War. Europe and its people are making a serious error in their history since the end of world war: without reacting, as we do actually, will let to next generations a disaster they will pay one day. For me, it is impossible not to try something or I will not die peacefully.

In #Lesbos with some organizations I shall localize families, ok and ready for France; we shall take care of them in #Lesbos then receive them in 2 structures in France, who are preparing the challenge. We stay in the motto of HELP INDIA « IMPOSSIBLE AS POSSIBLE », we could succeed in India for HIV/AIDS and we couldn’t do something at our door, at home? Unbelievable, so we shall try something.

I shall go to #Turkish and go, by sea, on the same way where thousands of people came. I shall give news every 2 days on my blog, please register yourself to receive my advices, and follow the news, with also my Twit count @MageAmage or my informative face book page: https://www.facebook.com/mage.andre.

I feel deeply the situation to stay without trying something. All good wills can join us: we are looking for other places of accommodations in France. The Pope dared to show the way to follow, that all countries and people should follow. Let us be joined together to make the situation human and acceptable, do not be co responsible of this drama, open our doors and hearts not to show to our children the worst picture of ourselves.

André Mâge, April, 22nd 2016

Et si j'étais parmi eux, que ferais-je ?
Et si j’étais parmi eux, que ferais-je ? And if I was among them, what would I do ?
Et si j'étais la maman de ces enfants, que ferais-je ?
Et si j’étais la maman de ces enfants, que ferais-je ? And if I was the mother of these children, what would I do ?

« Avec les attentats terroristes qui ont endeuillé la France, le drame des migrants restera comme l’événement majeur de l’année 2015. Le problème s’est posé dans notre pays et en Allemagne, et surtout aux frontières extérieures de l’Union européenne – Grèce, Italie, Lampedusa, Lesbos, Calais : ces noms résonnent désormais d’une tonalité funeste en ce début de XXIe siècle. Ils arrivent par centaines de milliers de Syrie, d’Afghanistan, du Soudan, rescapés d’un voyage de la mort où la Méditerranée prélève chaque jour, chaque nuit, son butin humain. Face à cette hémorragie, l’impréparation est criante : des dirigeants politiques dépassés ou peu enclins à s’ouvrir, des structures d’accueil insuffisantes, que ne peut pallier l’énergie admirable des volontaires qui, des Länder allemands à la jungle de Calais, essaient de soulager les souffrances. « L’Europe, quel numéro de téléphone ? » raillait jadis Henry Kissinger. Face à un phénomène d’une ampleur sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale, mais hélas prévisible depuis au moins 2010, le Vieux Continent est aux abonnés absents, incapable d’apporter des réponses concrètes et durables à cette tragédie. Au désespoir des uns répond l’impuissance – et l’absence de volonté, voire l’hostilité – des autres, comme si la question des migrants poussait nos sociétés dans leurs retranchements. L’Europe sait sauver l’euro, elle renâcle à sauver des vies humaines. Un constat d’échec amer et inquiétant alors que les flux migratoires forcés et contraints, loin de se tarir, sont appelés à s’aggraver pour longtemps. »

Eric Fottorino

Introduction du livre « Pourquoi les migrants »,

23 février 2016, Les Indispensables.  

 

3 thoughts on “Sur la route des #migrants – On the way of #migrants

  1. I am appreciate your reaction towards migrants… with in short period so many people react… solution will come…. we pray for that…
    SAMBU

  2. Bonjour André déjà bravo d’avoir le courage d’être parti sur la route des migrants. Je pense que si les gens se mettaient vraiment à la place de ces personnes ils ne resteraient pas les yeux fermées et s’ils étaient vraiment à la place de ces gens ils ne tiendraient pas le coup car trop habitués à leur confort et leur petit monde où le moindre de leurs soucis devient une affaire d’état. Les gens sont trop préoccupés par eux mêmes est ont oublié depuis longtemps le sens du mot entraide et partage, si les gens ne bougent pas devant une telle situation alors malheureusement je me dis qu’ils ne bougeront jamais. Triste monde dans lequel nous vivons. Encore bravo à toi et je te souhaite du courage pour la suite.